La randonnée équestre: mon cheval de bataille

Il y a trois semaines, nous traitions de la préparation du sac à dos, avant de partir randonner, que ce soit à pied, à vélo ou à cheval. Comme nous l’avons fait avec le vélo, rappelons les bons gestes à adopter pour une balade à cheval.

Qui veut voyager loin, ménage sa monture : au départ, comme à l’arrivée, un bon pansage est indispensable.

  • On commence par passer l’étrille de manière circulaire sur les parties charnues (ventre, dos, encolure, croupe). Cela permet de décoller la saleté.
  • Pour faire disparaître la saleté et la poussière, on utilise ensuite la brosse dure (aussi appelée bouchon) dans le sens du poil, sur l’ensemble du corps, de la tête vers la croupe.
  • Pour retirer les dernières poussières, un coup de brosse douce, de la même manière que la brosse dure.
  • Pour un poil brillant, on peut même passer un chiffon doux puis un lustrant.
  • On pense aussi aux pieds : des cailloux coincés sous le sabot peuvent vite causés des blessures. Pour ça, on utilise donc le cure-pieds.
  • Et le pansage ne s’arrête pas là : l’entretien des crins se fait également régulièrement.
  • On peut aussi passer une éponge humide sur les parties sensibles du cheval (yeux, naseaux, commissures des lèvres) pour éliminer les impuretés.

 

Montage cheval

 

En selle !

Votre monture est prête. Mais attention. Contrairement à D’Artagnan sur Bouton d’or, Zorro sur Tornado ou encore Lucky Luke sur Jolly Jumper, n’oubliez pas votre casque (appelé aussi « bombe »). Celui-ci doit être conforme à la norme en vigueur (en France, CE-EN1384), adapté à votre taille et en bon état : après une chute, comme à moto, on change de casque pour un tout neuf qui remplira à nouveau son rôle de « pare-chocs ».

Vous voilà maintenant droit et fier sur votre monture. Pour profiter de cette randonnée qui se profile à l’horizon, vous aviez bien évidemment pensé à tout l’équipement nécessaire. Personne n’en doute. Mais il faut bien initier les débutants.

 

Lorsque vous êtes à cheval, pour vous faciliter la vie, rien de tel que des sacoches. Double avantage : tout avoir à portée de main et une grande capacité de stockage. Car pour randonner à cheval, il en faut des choses : le matériel doit être pensé à la fois pour l’humain et pour l’équin. Pour le cavalier, je vous propose de vous référez à billet « Sac à dos », à une différence près : votre tenue doit être adaptée à la pratique équestre (le pantalon notamment). Pour votre monture, emportez avec vous :

  • Matériel de pansage
  • Matériel de maréchalerie
  • Matériel de sellerie-bourrellerie
  • Une trousse de premiers secours (en plus de celle prévue pour le cavalier)

 

Les besoins en alimentation sont aussi à prévoir. Dans le cas où vous ne disposez pas d’une voiture-suiveuse, préparer votre venue auprès des gîtes-étapes en leur demandant les aliments dont ils disposent.

Vous l’aurez compris, goûter à l’aventure d’une rando à cheval, ça ne s’improvise pas. Un seul mot d’ordre : préparation. Notre liste n’est pas exhaustive. Considérez cela davantage comme une base à moduler selon votre randonnée (durée, type de terrain, saison, …).

Balade rando à cheval

 

Le 20 septembre, venez participer à notre Boucle du Canal au départ de Saint-Clair (Guenrouët). Vous pourrez ainsi partager vos expériences avec nombreux cavaliers présents.